mur chez Dom

mur chez Dom
En formation complète, elles sont huit...

samedi 24 juin 2017

Aux Ateliers MORSE - Saint-Etienne

* mardi 27 juin 2017


Ateliers MORSE,
Cité du design, Saint-Étienne
lien évènement 
   

ouverture des portes à 20h







Le Vulvet Underground à 20h

( prochaines dates en juin et juillet 17 : ICI )





En première partie de Grisélidis Réal

-> Carnet de bal d'une courtisane

de Grisélidis Réal,
  durée 50 min, public averti. 
Performance collective 
Carne Cruda, Queen Blandine, Sasana, Macda, Cosette
Entre 1977 et 1995, Grisélidis Réal a consigné, dans une sorte de pense-bête professionnel, les prénoms, les prix, les manies, les préférences et particularités de chacun de ses clients. À ce « Carnet Noir » s'ajoute une série de textes, témoignages historiques et militants empreints d'une poésie vertigineuse et sauvage.

Fervente défense et illustration de la prostitution comme art, le Carnet de bal n'a rien perdu de sa charge subversive. Elle met en jeu les affinités entre la figure de l'artiste et de la prostituée, l'autonomie financière et l'évasion hors de la condition ouvrière, la recherche de reconnaissance et de dignité.
Alors que la parole des travailleuses du sexe reste le plus souvent étouffée et que domine le regard compassionnel et misérabiliste, ces écrits sont des cris de liberté... à condition de distinguer travail du sexe et exploitation sexuelle !
Grisélidis Réal a choisi de se prostituer. Elle conçoit cette pratique comme un acte révolutionnaire et non une déchéance sociale. Ses écrits font valoir une parole prostituée jusqu'à aujourd'hui invalidée dans l'espace public. Son engagement dans les luttes des prostituées des années 1970 continue de résonner pour nous.

Alors que les arguments abolitionnistes identifient dans un même geste la victime et la coupable, Grisélidis amène le débat bien au delà des idées reçues, sur les chemins de la compréhension, dans les affres de l'invisible!


  lien La fêlure



Les Ateliers Morse : 





















  Lien Ateliers Morse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire